Le match par René Jeanmenne

images-foot-real-madrid-p-copie-2.jpg

Résumé de la rencontre La Calamine-Olympic du 19 février 2017.


LA CALAMINE : Crahay, Lavet, Stoffels, Napoleone, Diallo, Feugna Temou, Weber, Tshimanga (70e Kudura), Adib, Datou et Andaloussi (73e Lanckhor).

OLYMPIC : Moriconi, Spiniello, Lesage, Haddad, Khaïda, Durieux, Meo, Jatta (40e Rossini), Christ (77e Fievet), Giorlando et Roman (80e Lecocq).

Cartes jaunes : La Calamine : 82e Kudura, 90e Lanckhor ;

                          Olympic : 22e Meo, 53e Khaïda, 66e Rossini, 87e Fievet.

Buts : 66e Rossini (0-1), 75e Napoleone (1-1), 80e Fievet (1-2), 85e Diallo (2-2).

Arbitre : M. Van Emelen qui ne s'est pas fait que des amis du côté olympien.

Pour ce lointain déplacement aux confins des Trois frontières, l'Olympic présentait une défense décimée. Les nombreuses absences permettaient à Baptiste Spiniello d'effectuer ses premiers pas en D 2 amateurs.

La première heure de jeu n'interrompait pas la sieste intensive des spectateurs tant les occasions de se réveiller étaient rares.

  • 2e : première tentative de Diallo captée par Moriconi ;
  • 5e : un essai de Roman aboutit sur le gardien. C'est tout jusqu'au repos (mot mal choisi tant l'activité sur le terrain synthétique fut soporifique).
  • Il fallait attendre la 66e minute pour assister au réveil de tout un stade. Les beaufs de l'équipe carolo complotaient pour offrir l'ouverture du score à leurs partenaires. Un assist de Christ pour Rossini permettait à celui-ci d'aligner le petit côté gauche de la cage locale (0-1) ;
  • 70e : Moriconi s'interposait brillamment sur un tir adverse ;
  • 75e : une faute sur le gardien olympien n'était pas sifflée ; Napoleone, l'ancien Dogue, en profitait pour égaliser (1-1) ;
  • 80e : Rossini alertait Fievet. Le tir imparable de celui-ci ramenait la sérénité dans les rangs carolos (1-2) :
  • 82e : Rossini, encore lui, lançait Lecocq dont le but était incompréhensiblement et injustement annulé ;
  • 85e : Diallo apportait sa touche finale en déviant un tir de Lanckhor (2-2).

Le retour aux vestiaires était chahuté car les Olympiens contestaient les décisions bizarres du trio arbitral.

Néanmoins, les Dogues gardaient leur brevet d'invincibilité à l'extérieur. La prochaine rencontre (déjà reportée à deux reprises) leur permettra-t-elle de le conserver à Solières ?

René Jeanmenne.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

.